Une vie ailleurs Index du Forum
Une vie ailleurs
Ufologie, Paranormal et sciences inexpliquées
 
S’enregistrer
FAQRechercherMembresGroupesProfilSe connecter pour vérifier ses messages privésConnexion

Grèce

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Une vie ailleurs Index du Forum -> MONDIALISATION -> Zone Euro & internationale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nivens Mc Twisp
Abducté
Abducté

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2012
Messages: 77
Localisation: au terrier !
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 牛 Buffle

MessagePosté le: Lun 13 Fév - 20:09 (2012)    Sujet du message: Grèce Répondre en citant

Les policiers grecs menacent les représentants de l’UE et du FMI
10 février 2012 Posté par benji sous Actualité générale 51 commentaires

YEEEEEEEAAAAAAAAAHHHHHHHHH TOUS EN PRISOOOOOOON!!! Allez-y les mecs, on a pas toujours été avec vous, et pour cause puisque sur certains plans vous êtes de vrais pourris, mais là, on est de tout coeur avec vous, arrêtez les banksters, foutez moi tout ça au trou, et fissa!

Citation:
Lors d’une manifestation de policiers grecs contre l’austérité, en juin dernier. Le principal syndicat de policiers en Grèce menace de réclamer des mandats d’arrêt contre les émissaires de l’Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI) imposant la mise en oeuvre de mesures d’austérité fortement impopulaires. /Photo prise le 23 juin 2011/REUTERS/John Kolesidis



ATHENES (Reuters) – Le principal syndicat de policiers en Grèce menace de réclamer des mandats d’arrêt contre les émissaires de l’Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI) imposant la mise en oeuvre de mesures d’austérité fortement impopulaires.
Dans une lettre dont Reuters a eu connaissance vendredi, la Fédération de la police grecque accuse ces représentants des bailleurs de fonds internationaux de la Grèce de « chantage, tentatives de subrepticement abolir ou ronger la démocratie et la souveraineté nationale ».
Cette lettre précise que l’une des personnalités visées est Poul Thomsen, le principal représentant du FMI en Grèce. La missive a aussi été adressée à Klaus Masuch, chef de la délégation de la Banque centrale européenne (BCE), et à Servaas Deroos, ancien inspecteur en chef de la Commission européenne en Grèce.
Cette menace est essentiellement symbolique puisque, soulignent des experts des questions juridiques, un mandat d’arrêt doit d’abord être émis par un juge. Cette initiative illustre cependant l’ampleur de la colère de la population grecque face aux baisses de salaires et aux coupes claires dans les budgets de l’Etat exigées par les créanciers internationaux de la Grèce.
« Comme vous poursuivez cette politique destructrice, nous vous prévenons que vous ne pouvez nous contraindre à nous battre contre nos frères. Nous refusons de nous élever face à nos parents, nos frères, nos enfants ou tout citoyen manifestant ou exigeant un changement de politique », souligne le syndicat, qui représente plus de deux tiers des effectifs policiers de la Grèce.
« Nous vous prévenons que, en tant que représentants légaux des policiers grecs, nous allons émettre des mandats d’arrêts pour une série d’infractions légales (…) telles que chantage, tentatives de subrepticement abolir ou ronger la démocratie et la souveraineté nationale. »
Un responsable syndical a cependant souligné que cette lettre constituait une manifestation symbolique de solidarité avec la population et que les policiers continueraient de lutter contre les débordements lors des manifestations.
Les policiers sont directement confrontés à la colère populaire qui se manifeste régulièrement à l’occasion de rassemblements devant le parlement à Athènes. Le slogan « Policiers, porcs, assassins » est régulièrement scandé ou inscrit sauvagement sur les murs.
Plusieurs milliers de personnes se sont à nouveau rassemblées vendredi à Athènes pour manifester contre de nouvelles mesures d’austérité entérinées par le gouvernement sous la pression des créanciers internationaux.
Lila Chotzoglou, Bertrand Boucey pour le service français
Source: fr.news.yahoo.com




_________________
suivez le lapin blanc...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 13 Fév - 20:09 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Nivens Mc Twisp
Abducté
Abducté

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2012
Messages: 77
Localisation: au terrier !
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 牛 Buffle

MessagePosté le: Lun 13 Fév - 20:10 (2012)    Sujet du message: Grèce Répondre en citant

Athènes : les manifestations dégénèrent, une dizaine de bâtiments en feu

  • Publié le : dimanche 12 février
  • Source : rtbf.be



Une dizaine de bâtiments vides étaient en flamme dimanche soir dans le centre d’Athènes, incendiés pour la plupart par des jets de cocktails molotov en marge des manifestations anti-austérité, ont indiqué les pompiers.
"Une dizaine de bâtiments sont en flammes, dont la plupart par des cocktails Molotov", a indiqué à l’AFP Nikolaos Tsongas, porte-parole des pompiers selon lequel les véhicules de pompiers ne peuvent pas s’approcher des lieux des sinistres en raison du nombre de gens dans les rues.
Dans la rue Stadiou, un bâtiment d’un étage, siège d’un magasin de cristaux de luxe et le cinéma voisin brulaient encore vers 19H45 GMT malgré l’intervention de deux brigades de pompiers, a constaté un journaliste de l’AFP. Le magasin à l’enseigne Kosta Boda, voisin d’un cinéma, brûlait depuis une heure lorsque les pompiers sont arrivés vers 19H00 GMT.
Le toit en céramiques s’est effondré, les flammes passant au dessus et gagnant le cinéma Attikon, un des plus connus de la ville.
Dans la soirée, la rue Stadiou où se trouve le magasin en feu et le cinéma, qui part de la place Syntagma, a été le théâtre d’affrontements entre la police et des groupes de manifestants. Le sol de la rue est jonché de bouts de marbre utilisés comme munitions par les manifestants.
Premiers incidents dès l’après-midi
Les premiers incidents ont éclaté quand des groupes de contestataires ont fait pression sur un cordon des forces anti-émeutes devant l’esplanade du soldat inconnu, en contrebas du parlement, selon les images en direct du site internet Zougla.
Près d’une heure après le début du rassemblement, à 18H00 heure locale (16H00 GMT), la police évaluait le nombre des manifestants à quelque 25 000. Une estimation pouvant laisser augurer, si l’afflux se poursuivait, d’une très importante mobilisation rappelant celle des grands sursauts contestataires de juin et octobre, lorsque 50 000 à 100 000 personnes s’étaient massées sur la place Syntagma.
En début de soirée, on estimait, toujours de source policière, qu’environ 80 000 personnes ont manifesté à Athènes et 20 000 à Salonique.
Dans la foule, repliée sur le bas de la place, les syndicalistes côtoyaient jeunes aux cheveux ras brandissant des drapeaux grecs, militants communistes et sympathisants d’extrême gauche, dont beaucoup portaient des masques pour se protéger des gaz irritants.
"Un vote crucial, l’un des plus difficiles de l’histoire"
Le président du parti de droite Nouvelle Démocratie, Antonis Samaras, a appelé dimanche les députés grecs à voter en faveur du paquet d’austérité, malgré les violentes contestations qui embrasent les rues d’Athènes.
"Le vote est déterminant et crucial, c’est l’un des plus difficiles de l’histoire" a dit M. Samaras à la tribune du Parlement, devant lequel des affrontements sporadiques entre manifestants anti-austérité et forces de l’ordre se poursuivaient dimanche soir.
La Nouvelle Démocratie est le seul participant à la coalition gouvernementale aux côtés du Pasok (parti socialiste) après le retrait du Laos (extrême-droite), vendredi, en réaction aux mesures.
Le premier mémorandum d’accord entre la Grèce et ses créanciers (UE et FMI) en mai 2010 était une "recette erronée" a dit M. Samaras.
En mai 2010, un premier mémorandum d’accord entre la Grèce et ses créanciers (UE et FMI) accordait à la Grèce un premier prêt de 110 milliards d’euros en échange de mesures d’austérité et d’assainissement budgétaire. Il a contribué à sauver la Grèce de la faillite jusqu’à présent et à maintenir le pays dans la zone euro, mais sur le plan intérieur, il a aussi débouché sur une aggravation de la situation économique.
"Mais actuellement la dette n’est pas viable, et aujourd’hui notre maintien dans la zone euro est mis en cause, nous sommes menacés de faillite", a-t-il ajouté.
"S’il y a une banqueroute incontrôlée, nous allons vivre dans la terreur, pour éviter le gouffre, je vous appelle à voter le nouveau prêt et changer les politiques actuelles, mais pour changer il faut éviter le gouffre et assurer la survie du pays" a-t-il dit.
Le ministre des Finances brandit le spectre d’une "faillite" du pays
A l’intérieur du parlement, dont les abords étaient gardés par quelque 3000 policiers, les discussions battaient leur plein, marquées par de fréquents incidents de séance entre les rangs gouvernementaux et l’opposition de gauche.
"D’ici à dimanche soir, le parlement doit avoir adopté" le nouveau programme de redressement, sous peine sinon d’une "faillite" de la Grèce, a lancé, visiblement tendu, le ministre des Finances, Evangélos Vénizélos.
Il a souligné que l’Eurogroupe, qui pourrait se réunir mercredi, réclamait cet aval en préalable au déblocage du deuxième plan de sauvetage du pays, combinant renflouement via des prêts publics de 130 milliards d’euros et désendettement via l’effacement de 100 milliards d’euros de créances.
Le pays espère entamer cette dernière opération avec ses créanciers privés d’ici au 17 février, a précisé M. Vénizélos. Le représentant des créanciers privés, Charles Dallara, a lui aussi appelé les députés à voter oui, et prévenu que la Grèce n’avait plus une minute à perdre, dans un entretien avec le quotidien Kathimérini.
Pour le Premier ministre, c’est le plan de sauvetage ou le "chaos"
Le Premier ministre Lucas Papademos avait aussi averti samedi que la Grèce jouait sa survie financière et son maintien dans l’euro, pour empêcher le "chaos".
Son gouvernement de coalition socialiste-conservateur dispose d’une majorité théorique de 236 députés sur 300, qui pourrait être réduite par une vingtaine de dissidences annoncées ou présumées, mais sans qu’un rejet ne soit dans l’immédiat jugé probable.
Sans cet aval, la Grèce n’a aucune chance de recevoir le moindre centime d’aide pour éviter un défaut de paiement incontrôlé en mars, à l’échéance de créances de 14,5 milliards d’euros.
Les dirigeants socialistes, Georges Papandréou, et conservateur, Antonis Samaras, ont également prévenu leurs députés que tout écart vaudrait exclusion, à un moment où la dureté de la cure prescrite craquelle le système politique.
Le plan ouvre notamment la voie à une chute brutale des salaires dans le privé censée redonner de la compétitivité au pays.
Pour les syndicats on creuse le "tombeau de la société"
La Grèce "à l’heure du jugement", titrait Kathimérini, tandis que To Vima (centre-gauche) estimait que le pays était secoué par un "séisme" mettant "politique, économie et société en morceaux".
Les syndicats ont jugé que ce plan faisait le "tombeau de la société", tandis que la gauche communiste et radicale a réitéré au parlement sa demande d’élections immédiates, considérant que la Grèce n’a rien à perdre à mettre ses créanciers au défi de la lâcher.
Entravée par le débrayage des transports, la mobilisation avait été limitée à l’occasion des premières manifestations qui ont rassemblé jusqu’à 20.000 personnes en marge de grèves générales mardi, puis vendredi et samedi.
Les députés devront se prononcer pour un texte qui prévoit notamment un abaissement de 22% du salaire minimum, ramené à 586 euros brut sur 14 mois, la suppression dans l’année de 15 000 emplois publics et de nouvelles coupes dans certaines retraites.
Le vote portera aussi sur les modalités du programme d’échange d’obligations avec les créanciers privés pour réduire la dette souveraine à 120% du PIB d’ici à 2020, ainsi que sur le schéma de recapitalisation des banques grecques.
L’accord gouvernemental affiché jeudi sur ce plan s’est vite fissuré, avec la démission dès le lendemain de six membres du gouvernement : deux socialistes et quatre cadres de la formation d’extrême droite Laos, qui avait rallié en novembre le gouvernement de coalition.


source : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Athenes-les-manifestations-degenerent…
_________________
suivez le lapin blanc...
Revenir en haut
Nivens Mc Twisp
Abducté
Abducté

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2012
Messages: 77
Localisation: au terrier !
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 牛 Buffle

MessagePosté le: Lun 13 Fév - 20:54 (2012)    Sujet du message: Grèce Répondre en citant

L'EUROGENDFOR est debarquée en Gréce! Le silence "des agneaux" doit cesser immédiatement!

Préparatifs secrets pour l'intervention de l'EUROGENDFOR, la force européenne spéciale, en Grèce! 
La crise économique accompagnée d'une agitation sociale donnera à Bruxelles l'occasion de tester la capacité de réponse du groupe secret qui a été créé pour lutter contre les troubles et les soulèvement  populaires en Europe.  
L'EUROGENDFOR est un groupe secret avec son siège en Italie, et est prête à démarrer en Grèce, où elle a sa première opération d'envergure contre la population d'un Etat européen. La Grèce est en ébullition. Les protestations deviennent de plus in plus violentes. Préparatifs secrets de l'opération de la force spéciale européenne en Grèce! 


P.S. Excuses moi la traduction qui suit.
Giuditta


Un aéroport désaffecté à Larissa cache le gouvernament militaire étrangère 
George Adalis, 24/10/2011





Il y a deux semaines, nous avons eu les premières informations qui a débarqué un contingent étranger militaro-policière à Igoumenitsa ! Depuis lors, nous avons contacté diverses sources et tenté de perser les nouvelles, mais en vain! Personne ne sait ou ne savait rien au sujet, comme si elles venaient en Grèce ...  des hirondelles et non pas une puissance étrangère.
http://www.blogger.com/post-create.g?blogID=6859017359314135274Des sources indépendantes ont confirmé l'arrivée d'une puissance étrangère. Le problème est que ce contingent était littéralement (entre temps) ... disparu!


Il semble que le gouvernement est totalement impliquée, car aujourd'hui, nous révèlent que le contingent que nous recherchons tous, s'est installé la semaine dernière, dans le camp de l'Aile de combat désaffecté 110 à Larissa!
Sous des informations exclusives d' AegeanTimes.gr, sont 300 personnes appartenant à la NATO!


La chose étrange est que lors de notre enquête, même si au début on ne savait rien, tout à coup, ils ont commencé à parler d'une petite unité qui est venu ici pour ... aller au Kosovo!
Ce qui est étrange, toutefois, que selon des témoins et des documents que nous avons à notre disposition, c'est une unité insolite ...! Ni insignes, ni uniformes!  Au lieu de cela, portaient des vêtements civils, des costumes, avec tous un petit sac à dos!
L'équipe est allé dans les petites pièces, comme s'ils voulaient se protéger des regards du monde!
[ ... ]

Selon un responsable à Bruxelles, avec lesquel nous sommes entrés en contact, toute  l'Europe, sauf la Gréce, sait que cela est une unité hautement qualifiés, dont la mission est d'empêcher des mouvements de masse et de proteger des personnalités publiques (VIP).


«À  Larissa sont seulement une petite partie d'entre eux, principalement des Tchèques," at-il dit perplexe!
«Ils sont arrivés ici, afin de protéger en première lieu, les responsables européens des réactions de colère de la foule et d'autre part, la protection des grandes entreprises européennes que sont susceptibles d'être ciblés par les insurgés!"



Selon les mêmes sources, plusieurs souches de ce groupe ont été formés pour réprimer les mouvements dissidents dans l'armée nationale! 


De toute façon, cependant, le secret de leur arrivée, mais plutôt le lieu, est un coup dur pour le prestige et l'indépendance de notre pays, et les informations arrivée de l'étranger et  pourquoi le gouvernement n'a pas explique aux gens quel est but d'avoir un une telle puissance militaire étrangère. De plus, ternir la réputation des forces armées grecques, à un moment où tout le monde a tourné les yeux vers l'armée grecque!


[ ... ]


Toutefois, la question va revenir très bientôt avec de nouvelles informations, parce que avec la situation en Grèce, le silence "des agneaux" doit cesser immédiatement, avant que il y a des conséquences pour notre démocratie elle-même. Si, après la révélation d'aujourd'hui n'est pas donné une réponse convaincante, nous pensons qu'il y aura des développements politiques dramatiques.
A l'heure actuelle, le ratio désormais appartient sans doute au ministre de la Défense et le Premier ministre!

Source: 
http://www.aegeantimes.gr/article.asp?id=37012&type=1&kata=0
_________________
suivez le lapin blanc...
Revenir en haut
Nivens Mc Twisp
Abducté
Abducté

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2012
Messages: 77
Localisation: au terrier !
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 牛 Buffle

MessagePosté le: Mar 14 Fév - 09:05 (2012)    Sujet du message: Grèce Répondre en citant

Grèce : la mise à mort
14 février 2012

Par Patrick Mignard
Dans les discours officiel, en particulier des dirigeants allemands et français, il n’est question que de « plan de sauvetage de la Grèce »… Or, c’est un peu comme si dans un naufrage, on essayait de sauver le bâtiment en laissant périr l’ensemble des passagers,… sauf le capitaine et son entourage immédiat.
Ce qui se passe actuellement en Grèce, laisse la plupart des peuples européens sans réaction, quand il ne s’agit pas d’indifférence. Pourtant ce pays n’est que l’élément – le plus faible ( ?) – d’un ensemble qui est en train de se déliter : la zone euro… et par voie de conséquence toute une conception – libérale – de l’Europe.
 
LA MISE À MORT ÉCONOMIQUE
Sur injonction du Fonds Monétaire International, de la Commission Européenne et de la Banque Centrale Européenne, réunion présidée par le 1er ministre grec, ce dernier, Luckas Papademos a indiqué que la coalition gouvernementale était d’accord pour la réduction des dépenses publiques (1,5% du PIB)… Une telle réduction devant être obtenue par une réduction des salaires et des charges sociales. Ce nouveau plan de rigueur permettra à la Grèce de recevoir en échange 130 milliards d’euros de la communauté européenne. Une telle décision a provoqué une levée de boucliers des deux principaux syndicats grecs qui ont appelé à la grève… Ce qui a n’en pas douter ne changera rien !
Le 20 mars, date à laquelle arrivent à échéance 14,4 milliards d’obligations, si les mesures mentionnées ne sont pas prises, c’est le défaut de paiement avec toutes ses conséquences dans le milieu bancaire européen. Défaut de paiement, déclenchant les CDS (Crédit Défaut Swap) – véritables bombes à retardement – dont le rôle est de justement assurer contre tout défaut de paiement sur la dette grecque (entre autres) et dont on sait les dégâts qu’ils provoqueraient en cas de déclenchement dans le système bancaire.
Mais ce n’est pas tout. Sans doute férues de mythologie grecque, la France et l’Allemagne – avec le soutien de la commission européenne, ont décidé qu’une partie des aides européennes accordées à la Grèce, serait versée sur un compte particulier qui garantirait le remboursement de la dette du pays… reproduisant ainsi le mythe de l’épée de Damoclès. L’infrastructure de l’économie grecque est ainsi éventrée sur l’autel de la finance internationale. Les privatisations massives, censées booster l’économie, vont en fait engraisser un secteur privé, national et international qui n’en finit pas de s’abreuver aux sources de la dette. L’économie grecque est dépecée et confisquée.On assiste aujourd’hui à l’acte final de la liquidation de l’économie grecque en tant que puissance économique en Europe. Le FMI dit vouloir éviter la « faillite de la Grèce »… formule d’un cynisme absolu car ne faisant référence qu’aux aspects financiers… Faillite il y a, non seulement sur le plan économique, mais aussi sur le plan social et politique.
 
LA MISE A MORT SOCIALE
On l’aura compris, les milieux financiers, les fonds de pensions, les banques, les Hedges Funds, se paient sur la bête,… autrement dit sur le peuple grec. Dans la mesure où la « règle du jeu » consiste à protéger les intérêts financiers, à assurer l’ordre économique européen, et au-delà mondial, à exiger que l’endettement de l’État passe par le portillon ruineux de l’emprunt sur les marchés financiers, d’ailleurs devenus impossibles – par le taux d’intérêt obligataire inaccessible… Il ne reste plus au peuple grec qu’à payer l’addition. C’est tout le sens et le contenu des mesures imposées par l’Europe et par le Gouvernement grec qui, de toute manière, n’a pas de choix pour quelques uns d’entre ses membres,… Quant au reste ils sont consentants. La Grèce en est à son septième plan d’austérité et de liquidation des services publics, alors que les six précédents ont fait la preuve de leur parfaite inefficacité,… aux conséquences sociales dévastatrices :

     Salaires et retraites amputés de 50 %, dans certains cas de 70 % ;


     Baisse de 22 % du salaire minimum (650 euros soit 480 nets par mois),


     Abolition des conventions collectives ;


     Chômage : 20 % de la population et 45 % des jeunes (49,5 % pour les jeunes femmes) ;


     Nombre des lits d’hôpitaux réduit de 40 %, pénurie de matériel médical, des médicaments, prix exorbitants des soins, des accouchements.


     Déréglementation générale du marché du travail, autrement dit précarisation généralisée de celles et ceux qui travaillent où recherchent du travail.


     Diminution des charges sociales dans le coût du travail de 14,3 % en moyenne de 2010 à 2011.


     12 % des Grecs vivent avec zéro revenu et 50 % sont sous le seuil de pauvreté.


     Suppression de 15 000 emplois dans la fonction publique en 2012


     Un jeune de moins de 25 ans sur deux est au chômage,… ce qui entraîne un exode massif hors du pays,… souvent vers l’Allemagne où ils vont faire pression, à la baisse, sur les salaires.


     La faim fait son apparition dans les villes, les écoles. Distribution de bons d’alimentation.


     Nombreux handicapés, malades de maladies rares sont en danger de mort.


     Progression alarmante du nombre des suicides.

Malgré cette situation le FMI, la BCE , la Commission Européenne et le couple Sakozy/Merkel, demandent encore un effort de rigueur ( ?).
 
LA MISE À MORT POLITIQUE
Une telle situation ne peut qu’entraîner des conséquences politiques redoutables. Outre le fait que la classe politique a perdu tout crédit, l’Europe des marchés financiers est entrain d’humilier la Grèce, autrement dit de semer les ferments de la renaissance d’un nationalisme. L’extrême droite grecque ne s’y est pas trompée, retirant ses représentants du gouvernement (quatre ministres), qui est entrain d’imposer la nouvelle rigueur. Le manque de perspective politique de ce que l’on hésite d’appeler la Gauche ne peut qu’accélérer ce processus de radicalisation nationaliste. Processus classique dans lequel l’extrême droite, en l’absence de toute alternative, s’impose par la démagogie comme « solution ». Laquelle extrême droite apparaît aussi aux classes dirigeantes comme le moyen de « rétablir l’ordre » en limitant les libertés publiques. Cela ne vous rappelle-t-il rien ?
Sans vouloir faire une comparaison, qui ne pourrait être qu’abusive, on ne peut cependant s’empêcher de songer aux conséquences de la crise des années trente en Allemagne. Si le pays est différent, de même que le contexte historique, les « eaux glacées du calcul égoïste » du capital, creusent les mêmes sillons qui dévastent le tissu social et politique… Et en l’absence d’une alternative politique crédible – ce qui est le cas en Grèce, mais aussi dans les autres pays européens – c’est la porte ouverte à toutes les aventures.
En effet, la Grèce n’est pas la seule dans cette situation. Tous les pays de la zone euro, sont logés à la même enseigne. Tous subissent la dictature des marchés financiers conséquence de la déréglementation financière. Les politiques de rigueur sont généralisées et ne sont que le type de « pseudo solution » que connaissent les politiciens de Droite comme de Gauche,… autrement dit, à court terme et dans le contexte politique actuel, en Europe, aucune issue sérieuse n’est à envisager pour « sortir de la crise ».
« Alarmisme » diront certains. Pas tant que ça ! Les politiciens de tous poils nous endorment avec leurs discours et leurs promesses… Surtout quand se profilent des échéances électorales. Le réveil va être rude !
Patrick MIGNARD
Février 2012


source : http://www.centpapiers.com/grece-la-mise-a-mort/94641
_________________
suivez le lapin blanc...
Revenir en haut
Sugulan
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2011
Messages: 211
Localisation: Ploz
Féminin Bélier (21mar-19avr) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Dim 19 Fév - 23:39 (2012)    Sujet du message: Greek Bank Holiday Répondre en citant

Source : http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=10020

L’agenda planifié du défaut grec
18 février 2012 |
Auteur: Jo ^^


Un document écrit précisant des dates fermes et des actions détaillées pour un défaut grec prévisible est en possession des deux premiers patrons bancaires et de trading de devises de Wall Street depuis la deuxième semaine de Janvier.
John Ward, du
blog « The Slog » dispose de sources distinctes et concordantes affirmant l’existence d’un tel document.
 

Ce plan représente « un calendrier, pas une contingence« qui donne une date ferme au 23 mars 2012: date à laquelle le défaut devrait être annoncé après la fermeture des bourses.
 

J’ai repris l’article de Slog en y ajoutant des sources pertinentes.

Ce document affirme que la Grèce sera officiellement déclarée en défaut par toutes les agences de notation après la fermeture des bourses le vendredi 23 mars.
Le week-end suivant, tous les comptes bancaires grecs seront gelés, avec des mesures d’urgence détaillés pour empêcher la fuite des capitaux.
Toutes les grandes banques auront pour instruction de ne pas traiter avec la devise européenne à l’ouverture de la bourse d’Athènes le lundi 26 mars. Tous les marchés grecs se fermeront pour une journée «au moins».

Pour l’instant, John Ward n’a pas pu établir la source des documents. Mais un des ses contacts proche du dossier a admis: « J’ai fortement suggéré à mes amis d’affaires grecs et mes clients qu’ils vident leurs comptes bancaires, et de changer leurs avoirs en une devise forte. » Il suffit d’observer la courbe explosive de l’obligation grecque à 1 an. Ce titre se vend aujourd’hui à 629 % d’intérêts, du pur délire !!!





En analysant la chronologie des événements, nous constatons l’aspect plausible d’un agenda planifié :

1- Mi Janvier 2012, Bruce Richards, gérant de fonds alternatifs d’une société de gestion basée à New York, est persuadé que la Grèce fera défaut sur ses 14,5 milliards d’euros d’obligations arrivant à échéance le 20 mars prochain. Edward Parker de l’agence Fitch, est également convaincu que la Grèce est insolvable et fera défaut sur sa dette.

2- Fin Janvier, le patron du lobbying bancaire, Charles Dallara, refuse de dépasser un effacement de 50% sur la dette grecque et la troïka tape du poing sur la table des négociations. (=5679]à lire ici) . Parallèlement, Merkel veut envoyer un commissaire budgétaire européen chargé d’apposer son véto sur les décisions économiques internes à la Grèce. Mais cette idée tourne au fiasco.

3- Puis, Lucas Papademos s’implique pour débloquer le plan de renflouement, mais quelques jours plus tard,  le Ministre des Finances allemand détruit les espoirs du Premier Ministre grec en qualifiant ce plan comme « insuffisant« .

4- Début Février, la troïka prépare les esprits des détenteurs d’obligations grecques d’accepter une perte de 70% sur leurs titres. La BCE semble prête à « encaisser le coup » mais revient sur sa décision d’encaisser la moindre perte en se débarrassant de ses anciennes obligations grecques par des nouvelles.

5- Pendant ce temps, la classe politique grecque se fissure. La Grèce sombre dans la violence et la colère de la rue. Le politologue grec, Georges Contogeorgis, explique que « la classe politique grecque est une oligarchie pillant la société« .

6- L’Allemagne sera la première à exploser. Un document rédigé par l’Ecole de Management de Lille, datant de novembre 2011 est extrêmement complet et précis. Il se trouve ici. A l’heure du bilan de l’année, La Bundesbank (Banque d’Allemagne), ancienne gestionnaire du Deutsche Mark, voit  son bénéfice diminuer de moitié. Les faits se confirment.

7- Le 15 Février, les dirigeants athéniens doivent signer une nouvelle mesure d’économies de 385 millions d’euros.

8- Le 16 Février, il manquait encore 17 milliards d’euros pour boucler le plan de sauvetage.

9- Après l’annulation de la réunion de l’Eurogroupe mercredi dernier, Jean Pisani-Ferry, directeur du centre de réflexion Bruegel à Bruxelles estime qu’un accord est proche « sinon, ce sera trop tard, on ne maîtrisera plus les détails techniques… » (lu sur le Figaro)

Curieusement, cette décision reportée au Lundi 20 février concorde parfaitement avec le nouveau coup d’État financier des banquiers prévu le Mardi 21 Février et le déversement massif de fausse-monnaie de l’imprimante numérique de Super-Mario du Super Fonds Spéculatif Européen (BCE) prévu le 29 Février prochain.

La BCE,  à moins qu’elle ne saute avant, atteindra donc un bilan 2 fois supérieur à celui de la FED (Super Fonds Spéculatif américain)… A terme, le choc traumatico-économique sera 2 fois plus violent que celui qui frappera les USA… 

Donc, je vous conseille de planifier dans votre agenda, une préparation 2 fois supérieure à celle de certains survivalistes américains

Gold-up
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sugulan
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2011
Messages: 211
Localisation: Ploz
Féminin Bélier (21mar-19avr) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Sam 10 Mar - 14:41 (2012)    Sujet du message: Grèce Répondre en citant

Source : http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=10874

On ment sur les Grecs aujourd’hui, on mentira sur vous demain…

9 mars 2012 |
Auteur: Jo ^^


Les médias nous mentent sur les Grecs. Comment ? En recopiant sans aucune analyse critique ce cliché de Merkel et Sarkozy : « Les Grecs ont vécu au-dessus de leurs moyens ».









Double manip :

1. « Les » Grecs, ça n’existe pas.
2. Les donneurs de leçons sont en réalité les coupables.

Manip n° 1. Parler des Grecs en général comme si c’était une seule catégorie, une seule classe. En cachant les faits suivants : 1. Les armateurs grecs, multimilliardaires contrôlant 16% de la flotte mondiale, ne paient jamais aucun impôt et l’U.E. n’y touche pas. 2. L’Eglise orthodoxe, principale propriétaire de terres et de richesses touristiques du pays, a également échappé aux impôts. L’U.E. n’en dit rien. 3. Selon le commissaire UE Bolkestein, « une grande partie de la population grecque est paresseuse ». De même, selon Merkel, les Grecs prendraient trop de vacances et partiraient trop tôt à la pension (déclaré à Meschede, le 17 mai 2011). Ouh, la menteuse ! Les Grecs ont sept jours de vacances de moins que les Allemands. Et ils arrêtent de travailler en moyenne à 61,9 ans, soit un mois plus tard qu’en Allemagne. Conclusion : « Les Grecs » se divisent en deux. Les Grecs comme vous et moi. L’UE veut leur imposer des salaires de 650 – 800 euros par mois, des pensions de 450 € et des hausses de taxes. Tout profit pour l’autre sorte de Grecs, les 1%, qui gagneront encore plus de milliards, et les planqueront à Londres, à Berlin ou dans les paradis fiscaux.

Manip n° 2. Merkel et Sarko se présentent en généreux humanitaires soucieux de sauver les Grecs. C’est le coup du pompier pyromane. Qui a, en été 2009, au plus fort de la crise, forcé le gouvernement grec à débourser 2,5 milliards € pour six frégates françaises ? Sarkozy. Qui leur a fourgué six sous-marins pour 5 milliards € ? Merkel. Ajoutez 400 millions pour quinze hélicoptères de combat du franco-allemand EADS, et vous arrivez à 7,9 milliards € gaspillés ! Alors que la Grèce occupe déjà la cinquième place au palmarès mondial des plus grands acheteurs d’armes conventionnelles. Merci l’Otan ! On parle de la « corruption grecque ». Fort bien. Que va faire l’UE contre Siemens qui a distribué des pots-de-vin à tour de bras pour acquérir une position de monopole aux Jeux olympiques d’Athènes de 2004 ?

Autre silence complice. Qui a truqué les comptes de la Grèce pendant dix ans afin qu’elle puisse entrer dans l’euro ? Les banquiers de Goldman Sachs. Qui vient-on de placer à la tête de la Banque Centrale Européenne ? Mario Draghi, vice-président de Goldman Sachs durant ces manipulations comptables !

Comme dans tout grand conflit, la question clé est : à qui profite le crime ? Le « plan de sauvetage » de la Grèce vise en réalité des objectifs cachés
1. Les Grecs d’en bas se serreront la ceinture pour rembourser aux banques franco-allemandes une dette qui n’a profité qu’aux Grecs d’en haut.
2. On va privatiser au maximum pour obliger la Grèce à céder les morceaux intéressants de son économie : eau, gaz, télécoms, port, aéroports, Loterie nationale, armements…
3. Nous contribuables européens, allons payer « un plan de sauvetage » afin que les banquiers ne perdent pas un sou sur leurs prêts frauduleux et malhonnêtes. En quoi ça vous concerne ? C’est très simple. Si on réussit (mais il y a là-bas une fameuse résistance), si on réussit à faire travailler les Grecs pour des cacahuètes, on viendra vous dire : « Tu veux garder un boulot, ? Il va falloir être compétitif face aux Grecs ! » Pigé ?

Voilà ce que j’ai appris – et d’autres choses encore – en découvrant cette semaine l’excellent « Comment osent-ils ? », de Peter Mertens. Sous-titre : La crise, l’euro et le grand hold-up. Ce livre est depuis plusieurs semaines numéro un des ventes en Flandre, et voici que sort la traduction française. Investig’Action publie en exclusivité le chapitre Grèce d’où j’ai tiré ces infos surprenantes. Les autres chapitres analysent le pseudo « miracle allemand », le programme de Sarkozy, le retour du nationalisme, les problèmes de la Belgique et la nécessité de développer les débats de société. Un livre passionnant, que je trouve indispensable pour quiconque va subir la crise…

L’économie, ça n’est pas compliqué en fait, et c’est trop important pour la laisser aux mains des soi-disant « spécialistes » qui ont fait faillite. 8 mars 2012

Source : michelcollon.info
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Nivens Mc Twisp
Abducté
Abducté

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2012
Messages: 77
Localisation: au terrier !
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 牛 Buffle

MessagePosté le: Sam 10 Mar - 20:22 (2012)    Sujet du message: Grèce Répondre en citant

super article Sugulan,

la mise en esclavage des peuples !

sans parler de théorie du complot, on est bien dedans ( les pieds dans la me... )

il faut faire circuler ce "genre d'infos" au maximum.

même si je suis un "averti" je te remercie pour ce papier.

bien amicalement à tous, vive la résistance :jedi:


_________________
suivez le lapin blanc...
Revenir en haut
Roots
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Déc 2011
Messages: 354
Localisation: Ile de France
Masculin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Dim 11 Mar - 21:26 (2012)    Sujet du message: Grèce Répondre en citant

bien amicalement à tous, vive la résistance :jedi:

IDEM Okay
_________________
C'est une sotte présomption, d'aller dédaignant et condamnant pour faux ce qui ne nous ne semble pas vraisemblable.
Montaigne.
http://magnetiseur77.free.fr
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Nivens Mc Twisp
Abducté
Abducté

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2012
Messages: 77
Localisation: au terrier !
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 牛 Buffle

MessagePosté le: Jeu 15 Mar - 09:40 (2012)    Sujet du message: Grèce Répondre en citant

je n'ai pas pu copier un morceau du texte, mais voici le lien vers la "vrai situation" en Grèce :

[edit Roots: copié par le source de la page puis remis en forme]

Voici à ce que ressemble Athènes depuis quelques semaines, ho bien sûr j'ai reçu énormément de mails me disant que j'invente … 

 D'autres sont sceptiques, car nos télévisions nationales qu'elles soient belges ou françaises ne nous montrent pas le désastre.
 Chaque jour, je téléphone à des membres de ma famille, certains se trouvent dans le nord du pays,d'autres dans le sud.
 Ce n'est certainement pas de gaîeté de cœur que j’en parle bien au contraire, mais si moi, je ne montre pas le désastre, qui d'autre peut le faire.
   Le journaliste, pendant, le reportage avait du mal à contenir ses émotions, sa honte.  
   Il aura à plusieurs reprises dit: Comment est-il possible que le monde financier ait ruiné des bons pères de famille ?


   Images choquantes, nous dit le journaliste, de famine, de retraités et de chômeurs, Pendant le reportage, le journaliste nous dit qu'ils font les poubelles pour manger des produits périmés depuis plus de 10 jours! Tout est bon, pains moisis, lait périmé, poissons périmés qui seront bouillis, œufs où la date de péremption est dépassée depuis des semaines.
   Des images pareilles, il y en a dans tous les coins de rues.    
  Le journaliste principal pose la question aux deux autres. Le reporter a dit Mon Dieu ! je n'y crois pas mes yeux , c'est cela l'image de mon pays, ce sont des parents qui donnent des croissants moisis à leurs enfants, alors qu'eux-mêmes n'ont rien mangé depuis des jours. 

  Le reporter continue :quand nous sommes arrivés, autour de chaque poubelle, il y avait une 40aine de personnes, quand nous sommes arrivés près d'eux, tous disparaissaient, de honte!
 
  Attention ce que je vous traduits, ce n'est que la vérité: Ici encore pire.. des grandes surfaces ont placé des vigiles  autour de certains conteneurs car ceux-ci risquent d'empoisonner la population vu qu'il y a des produits toxiques mélangés. 
 Vidéo:




 Beaucoup de pays d'Europe évitent certainement de montrer des images qui risqueraient de réveiller l'opinion du public, mais ces images sont là et bien là, réelles.

 La Grèce n'est pas un pays Européen capitaliste, elle a encore les bases du sociale, la famille..
 Ce mot famille chez nous existe.
 Chez nous, le père construit une maison avec plusieurs étages pour installer les enfants. Chez nous quand les parents sont âgés, ils ne vont pas en maison de repos, ce sont les enfants qui les soignent.
 Pourquoi je vous dis cela, vous allez comprendre la base de mes infos.
 Voici un titre qui est habituel en Europe mais pas en Grèce.
 Rappelez-vous, il y a de cela 2 mois, je vous avez informés que des enfants mouraient de faim en Grèce.
 Tout ceci alors qu'aucun autre media n'en parlait.

 C'est chose faite depuis aujourd'hui, les télévisions grecques ont diffusé des reportages sur cette info que j avais donnée en avant première.
 Mes articles avait été repris par une bonne 50aine de sites Français mais également par des sites grecs, et pour cela je les remercie d'avoir diffusé l'information ce qui a surtout suscité un émoi à une grande partie des européens qui ne connaissaient pas ce qu'il se passe en Grèce.
 Mais je vais vous donner des nouvelles infos de source très sûre, non seulement des enfants meurent de faim et s'évanouissent en classe dans mon pays, l'état grec avait promis de faire des soupes populaires, certainement pour que la population se calme pendant la période de négociation, mais ceux-ci ne voient toujours rien venir ni soupe ni repas.
 Je vous avez expliqué que des parents abandonnaient leur enfant dans des crèches car ils ne pouvaient subvenir à leur nourriture.
 Chaque jour qui passe on me dit que des dizaines d'enfants sont abandonnés, nous nous trouvons en Europe soit disant des pays civilisés démocratiques, oui oui Démocratiques.

 A-t-on oublié cette démocratie sociale ?
 Cette Europe a désormais oublié d'être ce qu'elle était avant tout, c'est-à-dire l'union de pays socialistes, elle dérive vers une Europe libérale et capitaliste, ou l'axionaria demande une rentabilité de nos entreprises tout ceci à l'encontre de la main d'œuvre et des ouvriers.
 Un désastre ne vient pas seul, des bloggeurs avaient mené un enquête et affirmaient avec de petits reportages vidéos amateurs qu'un commerce sur deux avait déjà fermé ses portes depuis le mois de septembre, c'est-à-dire 50% des commerces grecs.
 Ce qui en résulte outre les 300.000 employés de la fonction publique mis au chômage, c'est 200.000 commerçants qui se sont trouvés en plus sans emploi.

 Mais le pire reste à venir, car une même enquête continue encore plus loin, sur les 50% de commerces encore ouverts, plus de 65% fermeront leur porte d'ici 6 mois, ce qui fera encore un surplus de 240.000 chômeurs supplémentaires.
 Au total, la Grèce va se trouver avec 700.000 chômeurs supplémentaires en moins d'un an.
 Et ce n'est pas tout, une enquête faite par une chaîne de Tv privée nous explique que d'ici 1an, 180.000 PMI-PME fermeront en Grèce vu le redressement fiscal et la crise, ce qui apporterait encore 300.000 chômeurs de plus.*
 Ce qui signifie que la crise Grecque non seulement elle aura affamé la population mais il y aura plus d' 1 million de chômeurs en plus sur 1an.
  Une hausse de 50 % du chômage 
 La longue liste des mesures demandées par la troïka (350 pages) ne semble plus répondre à aucune logique. Le Parlement a voté la semaine dernière la suppression de l’Organisme du logement ouvrier (OEK, qui finance des logements sociaux) et d’un organisme de prestations sociales (OEE), qui emploient 1 400 salariés. Des structures indépendantes qui ne pèsent pourtant pas dans les comptes de l’État. Objectif affiché : diminuer de 1 % les cotisations patronales, prélevées pour financer ces protections sociales. Mais, surtout, effacer l’ardoise de 3 milliards d’euros de dette de la Sécurité sociale vis-à-vis de ces organismes. Un hold-up sur des cotisations payées par les salariés, estiment les responsables. « Et qui va administrer tous les bâtiments que possède notre organisme en Grèce ? », s’interroge Evi Kalia, responsable d’OEK, lors d’une rencontre avec une délégation européenne composée de représentants d’Attac, de la FSU, d’Aitec et de l’Union syndicale Solidaires. « Le gouvernement veut mettre la main sur les terrains, les magasins, les logements libres que nous possédons. »

 Conséquences de la crise et des mesures d’austérité : le chômage a atteint 20,9 % en novembre en Grèce. Soit plus d’un million de chômeurs pour 11 millions d’habitants. Un jeune sur deux est actuellement au chômage. Celui-ci a augmenté de près de 50 % en un an. Et ceux qui travaillent ne sont pas certains de percevoir leur salaire. « Sur les 7 000 travailleurs du secteur des médias, 1 500 à 1 800 n’ont pas été payés depuis environ six mois », décrit Moisis Litsis, journaliste au quotidien Eleftherotypia. Les salariés y sont en grève depuis décembre, le propriétaire du journal ayant cessé de payer les salaires à partir du mois d’août.
  Le fisc allemand s’installe en Grèce 
 Autant de déclarations qui attisent la colère des Grecs, déjà échaudés par les déclarations suggérant une « mise sous tutelle ». Des manifestants athéniens ont brulé un drapeau allemand, et des journaux ont publié des caricatures d’Angela Merkel en uniforme nazi. Jean-Claude Juncker, Premier ministre luxembourgeois et président de l’Eurogroupe, a déclaré le 29 février qu’il souhaitait la création d’un commissaire européen délégué à la « reconstruction de la Grèce », pour superviser la gestion du pays. La proposition de la Commission européenne d’envoyer des dizaines d’inspecteurs permanents à Athènes ne devrait pas apaiser les tensions. Le ministre des Finances allemand a annoncé la semaine dernière que plus de 160 contrôleurs des impôts se sont déjà portés candidats pour un séjour en Grèce, afin d’aider à rendre plus efficace la collecte des impôts.
 Sans compter que ce deuxième plan de « sauvetage » marque une étape supplémentaire dans la perte de souveraineté de la Grèce : les nouvelles obligations grecques émises sur le marché sont régies par le droit britannique et non grec, comme c’était le cas du premier plan de 2010. Conséquence : l’arbitrage des conflits entre l’État grec et ses créanciers privés se fera au Luxembourg. Les créanciers pourront saisir les biens grecs et sont protégés en cas de future restructuration de la dette grecque.
 Un autre reportage de la même journaliste, montrait que des agriculteurs des provinces étaient venus distribuer des pommes de terre, et d'autres légumes gratuitement à la population des villes.

 Toutes ces images vidéo m'ont personnellement marqué, je me suis cru en période de guerre.



 Comment peut-il mémoriser alors que son organisme ne réussit plus à le maintenir debout ?
 A Thessalonique, deuxième ville grecque, plus de 600 enfants se sont retrouvés dit en état lamentable, ceux-ci n'ont plus eu de petit déjeuner avant d'aller à l'école depuis plusieurs mois.
 Le désastre ne s'arrête pas là, pendant la nuit, la population sort pour ne pas être vue et recherche dans les poubelles des voisins s'il ne reste pas un morceau à manger (ce sont des faits que ma sœur voit tous les jours du haut de son appartement)
 Et ce sont désormais les personnes âgées qui, sans gêne, font les poubelles et décharges, car leurs propres enfants ne peuvent plus les nourrir.

 A savoir depuis un an, les retraites ont été diminués à deux reprises, à la nouvelle demande de l'Allemagne, Hollande et Finlande, la Grèce doit encore diminuer les retraites, c'est donc chose qui sera faite à partir du 1 mai, les retraités seront encore moins rétribués, de l'ordre de 12% par mois et percevront 8 mensualités pour 12 mois.
    
  Je vous avais prédit la remontée de l'Euro, non pas que je suis économiste, loin de là, mais après les crédits offerts à la Grèce, l'Euro est passé de 1.26 à 1.32  
    
    
  Les réels bénéficiaires de ce crédit ne seront pas en définitive les aidés, mais les aidants. 

    
  Donc les aidants qui ont le fond monétaire se sont fait une plus valus sur leur argent. 
  Leur aide est simplement pour augmenter les prises de bénéfices. 
  Les milliards sur les comptes bancaires ont désormais x valeurs supplémentaires. 
    
 Personne ne croit plus au remède miracle. « Le mémorandum prévoit de revenir à la situation d’il y a trois ans (une dette à 120 % PIB), avec un scénario parfait, une économie en développement. Hors la récession est aujourd’hui de 7 %, souligne Natasha Theodorakopoulou, membre de Syriza et responsable du Parti de la gauche européenne. Même avec ce mémorandum, ils se rendent compte que l’objectif n’est pas atteignable. Wolfgang Schäuble (ministre des Finances allemand) n’exclut déjà plus un troisième plan de sauvetage, dans trois ans. »Surtout, les Grecs risquent de ne pas voir la couleur de cette aide, qui servira surtout à recapitaliser les banques et à payer les créanciers privés. Ou comment transformer une dette privée (celle des créanciers grecs, des banques françaises, des fonds de pension…) en dette publique (le prêt de 130 milliards des pays de la zone euro et du FMI).

  Les banques avant la démocratie 
 Le 29 février, le Banque centrale européenne a distribué 530 milliards d’euros de prêts à 1 % sur trois ans à 800 établissements bancaires. De l’argent quasiment gratuit, qui vient s’ajouter aux 489 milliards d’euros accordés par la BCE aux mêmes conditions. Soit 1 000 milliards d’euros, des tonnes de liquidités injectées dans le système financier, en moins de trois mois. Mario Draghi, le président de la BCE et ancien de la banque Goldman Sachs (responsable du maquillage des comptes grecs lors de l’entrée du pays de la zone euro en 2001), a  garanti que le nom des emprunteurs resterait confidentiel, pour ne pas ternir leur réputation… Pendant que la Grèce subit les exigences sans cesse accrue des financiers de l’UE et la pression de ses créanciers, les banques empochent de l’argent frais à 1 %. Et le gouvernement du Premier ministre grec, Lucas Papademos, ancien vice-président de la Banque centrale européenne, continue la saignée. Selon le journaliste Marc Roche, Lucas Papademos « a joué un rôle non élucidé dans l’opération de maquillage des comptes publics perpétré avec l’aide de Goldman Sachs ».
« Chers concitoyens européens. Nous sommes citoyens de ce pays, citoyens de l’Union européenne. Exactement comme vous. Nous sommes des êtres humains, pas des nombres. Personne ne peut nous sauver en nous détruisant », écrivent les salariés de l’OEE, l’un des organismes de prestations sociales qu’une loi du Parlement grec vient de supprimer. Seront-ils entendus ?
    
    

  Il est grand temps que le mot bourse disparaisse de notre vocabulaire, je dirais même mieux qu'il disparaisse totalement. 
  Tous les pays parlent désormais de crise, des efforts budgétaires, oui mais au détriment de qui ? 
  Quand d'un coté des riches investissent dans des Actions qui rapportent des milliards, nous la population n’avons que quelques euros pour finir le mois. 
  Quant ceux-ci investissent dans des actions et les font monter et descendre, ce sont nos entreprises qui se trouvent en difficulté et licencient à la pelle. 
    
 Explosion du chômage, saignée dans l’éducation, salaires impayés, privatisations généralisées, élections reportées : les Grecs s’installent dans l’austérité imposée par la technocratie européenne au profit du secteur bancaire. Si la contestation ne faiblit pas, une alternative politique peine à émerger du fait de la division de la gauche. Basta ! est allé à la rencontre d’acteurs de la résistance.

  Sommes-nous à la fin de la communauté Européenne ? 
 Ma réponse est oui.
 Aucun pays ne pense Européen, ils pensent tous à tirer profit de l'Europe.
 A chaque nouvelle loi, chacun de nos eurodéputés y va avec son petit speech afin de défendre les intérêts de son pays.
 D’où là que personne ne pense Europe, mais bien intérêt Européen.
 Comment l'Europe peut-elle être viable alors que 27 pays la composes mais seul deux pays diriges, les autres a part de temps à autres l'aboiement de leur ministre rien de ce qu'ils disent ne se fait (simple figuration)
 Vous avez certainement déjà vu ou entendu via la presse que le parlement européen était le moins fréquenté et ou il y avait le plus de place vide.

  C'est normal dans un sens, pourquoi aller à Bruxelles ou Strasbourg et ne pas avoir la parole, ce sont là des facteurs qui ne trompent pas. 
    
    
  Pourquoi certaines lois sont-elles faites pour certains pays et pas pour d'autres ? 
 Pour cette question, je vais rentrer dans le nerf de la guerre et sans langue de bois, comme à mon habitude.
 Depuis quelques mois nous entendons que la Grèce est en faillite, ce n'est plus un secret de polichinelle.
 Le premier ministre grec élu depuis peux remarque des mal façons de plusieurs dossiers, au finances montant soit disant existant, mais pas de liquidité, idem pour les pensions, et pour tout le système bancaire et sociale.

 Non pas que je veuille défendre ce premier ministre, mais je me pose une question ?
 Pourquoi Papandréou est-il devenu la bête noire d'un seul coup, de l'Europe et qu'il doit démissionner. Ne veut-il pas entré dans les magouilles d'Angéla et de Nicolas.
 N'est-il pas du même bord ?
 Quand je parle d'Europe bien entendu je parle du pays qui est à l'heure actuelle occupé de reprendre les reines 100 ans après, il s'agit de l'Allemagne.

 Je vais poser une question à vous tous, pourquoi obliger comme le fait l'Allemagne à la Grèce, c'est-à-dire de payer les premiers crédits donné ( c'est-à-dire 130 milliards d'euro le plus rapidement possible, ALORS QUE L'Allemagne doit encore 81 milliards dettes de guerre 40-45 et qu'elle n'a toujours pas PAYE.
 Je trouve cela quant même culotté.
  Ce sont les montants volés lors de leur départ en 1945 dans les banques grecs, la Grèce réclame ces montants depuis près de 60ans. 
  Idem pour la Grand-Bretagne qui avait vidé les compte de la Grèce , mais également prix des trésors de guerre que Melina Mercouri demandait depuis de lustre. 
  Une partie de l'ACROPOLE se trouve toujours exposé dans les musée de Londres. 

  Et j’en passe… 
    
  Voici pour quoi également je parle de pays au-dessus des lois,  
    
  Pourquoi a-t-on poussé ou accepté certains pays dans la communauté Européenne alors que ceux-ci ne sont pas prêt ? 
 Simplement en offrant un peu de finance , ces pays qui n'ont aucune ressource sont sous l'emprise du pays qui domine l'Europe ( Je te donne à Manger mais tu te tais)
 Que l'on ne vienne pas me dire que c'est pour leur bien, chaque eurodéputé prêche pour la paroisse de son pays.

A partager sans modération, pour que le monde sache !


http://presse.david-kyriakidis.be/2012/03/voici-les-images-dun-desastre-hum…
_________________
suivez le lapin blanc...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:08 (2017)    Sujet du message: Grèce

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Une vie ailleurs Index du Forum -> MONDIALISATION -> Zone Euro & internationale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Silver Orange imaginé et réalisé par Branwen